28/06/2013

Faux semblants

Poesie-Faux-Semblants.jpg

 

Faux semblants…

 

Sur la route de ma vie de femme,

J’ai rencontré toutes sortes d’êtres,

Les uns gentils, d’autres infâmes,

Et beaucoup de paraître…

 

Quand on a l’amour des mots,

Et qu’ils transpercent ton âme,

On ne supporte plus les sots,

Qui sans siller « diffament »,

 

Gare aux « je t’aime »  trop dis,

Gare aux « tu me manque » répétés …

Alors que je ne suis pas encore partie,

Je renifle le piège émotionnel pour m’appâter,

 

Mon univers regorge de faux semblants,

Qui me collent comme des sangs sus,

Femmes, hommes et amants,

C’est fini…vous ne m’aurez plus…

 

J’ai décidé d’aller en contre sens,

Même à genoux vous pouvez essayer,

J’en ai décidé autrement,

Car « moi » je suis en vérité,

 

Et si je refais le grand saut,

Car je referais confiance,

Et si j’aime à nouveau,

Alors ce sera sans méfiance…

 

Ame pure et sensible,

Dieu m’a doté de la clairvoyance,

C’est écrit dans le destin…ma Bible,

Et ce depuis ma tendre enfance,

 

Si j’ai des doutes sur l’amour,

Si je repère le « faux semblant »,

C’est qu’il y a une ombre sur le jour,

Car au fond de moi je sais que tu mens,

 

Dans la vie c’est prendre et donner,

Un parcours cote à cote,

Je ne veux plus pardonner,

J’ai bon cœur mais pas « sotte »…

 

A deux je veux pouvoir être en harmonie,

Comme si je me regardais dans un miroir,

Si mon autre en retour me sourit,

Alors je ressentirais « la victoire »…

 

Sans douter sans craindre,

Sans pleurer sur les tromperies,

Etre en paix et atteindre…

Le but de ma vie…

 

 

DOLPHINEE 23/06/2013

08:51 Écrit par Dolphinee | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/06/2013

Métamorphose

Metamorphose.jpg

Métamorphose…

 

Le temps vient de s’arrêter,

Sur un air de nostalgie,

Mais je n’ai rien à regretter,

Parce que c’est ça la vie,

 

Marcher et tomber,

Dans le doute faire confiance,

Se tromper et puis se relever,

Dans la bouche comme un gout de rance,

 

Des larmes roulent en trombes sur mes joues,

Et je vomis toute mon amertume retenue,

Mais de Dieu à quoi je joue !!!!

Pourquoi tu es sourde, pourquoi tu n’as rien vue !!!

 

Puis revient le soleil de l’espoir,

Sur une certitude née dans la douleur,

Ecorchée vive je suis obligé de voir,

Que si je ne souffre pas…je meurs,

 

La métamorphose opère,

Je scille sous mes yeux humides et effarés,

Je retrouve mes repères,

Malgré que je me sois égarée,

 

Il faut se perdre pour se trouver,

Il faut souffrir pour réfléchir,

Il faut fauter pour regretter,

Il ne faut pas faillir pour revenir,

 

Revenir transformée,

Revenir grandie,

Mais toujours rêver,

A une vie  meilleure, et s’accorder « son paradis »…

 

 

DOLPHINEE 16/06/2013

01:30 Écrit par Dolphinee | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

13/06/2013

Mon inconscience,

2082713336.jpg

Mon inconscience,

 

Tapis dans la noirceur de mon âme,

Tel que Jack l’éventreur,

Tu habites cette belle dame,

Et l’induit à l’erreur,

 

Dans le labyrinthe de ses craintes et peurs,

Tu te faufiles tel un loup égaré,

Tu n’as ni loi ni honneur,

Et te cache sous ta cape effarée,

 

Voyageant dans les cellules grises,

Guettant ta proie,

Une idée, un rêve que tu méprises,

Tu les crèves de sang froid,

 

Laissant derrière toi des victimes ensanglantées,

Semant l’épouvante sur ton chemin,

Tu crois que jamais tu ne seras jugé,

Alors tu continu sans déclin,

 

Tu crois pouvoir te cacher éternellement,

Toi, tueur en série,

Marchand invisible et tuant,

Les fondations de sa vie,

 

Tous ses sens sont en veille,

C’est alors que tu bondis,

Elle se réveille,

Sur un acte non réfléchi,

 

Sur l’ère de son temps,

Ta soif se multiplie,

Les aiguilles tournent inlassablement,

Elle s’arme pour sa survie,

 

Tes cadavres tels des zombies,

Viennent hanter son quotidien,

Ils rythment sa vie,

Tels des souvenirs lointains,

 

Certains de tes actes seront démasqués,

Même si elle n’as jamais vue ton visage,

Elle sait qu’elle a été influencée,

Tu es le héros de son histoire sans images,

 

Tu seras là au bout de la route,

Pour entraver sa sagesse,

Et nul ne doutes,

 

Que tu séviras sans cesse.


Dolphinee

10:43 Écrit par Dolphinee | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le néant

Censure.jpg

Le néant,

 

 

Quand l’amour n’est plus que le spectre de la vie,

Et qu’au fond des yeux s’installe la pudeur,

Que de se donner on n’as plus envie,

Et que la vie à deux fait « peur »,

 

Que reste-t-il alors dans le cœur ?

Quand l’espoir s’envole,

Et que le passé n’est que rumeur,

Un « SOS » enfermé dans une fiole,

 

Voguant sur l’océan des émotions,

Voyageant à travers toutes les guerres,

Survivant à de milliers d’explosions,

Pleurant sur les joies naguères,

 

Un appel « au secours »,

Une larme versée sur un rêve perdu,

Des songes dans une tour,

Un sentiment de « déjà vécu »,

 

Comme une perte, une mort,

Tel un vœu envolé,

S’abat le mauvais sort,

Sur un désir enterré,

 

Pourtant il reste la tendresse,

Cette douceur d’enfant,

Telle une caresse,

Emportée par le vent…

 

Souffle souffle douce brise,

Rapporte-moi ce trésor perdu,

Avant que pour toujours je m’enlise,

Dans ce monde de « jamais plus »…

 

 

Dolphinee 09/06/2013

10:38 Écrit par Dolphinee | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |